Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Avec le temps...
  • Avec le temps...
  • : Un peu de tout, un peu de moi... En ce moment cuisine légère ou pas!
  • Contact

Recherche

16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 04:29

 

 

Une sortie cinéma la semaine dernière, L'Homme qui Rit adaptation d'un roman de Victor Hugo.

 

 

20258994-r 160 240-b 1 D6D6D6-f jpg-q x-xxyxx

 

En pleine tourmente hivernale, Ursus, un forain haut en couleurs, recueille dans sa roulotte deux orphelins perdus dans la tempête : Gwynplaine, un jeune garçon marqué au visage par une cicatrice qui lui donne en permanence une sorte de rire, et Déa, une fillette aveugle.
Quelques années plus tard, ils sillonnent ensemble les routes et donnent un spectacle dont Gwynplaine, devenu adulte, est la vedette. Partout on veut voir ‘L’Homme qui rit’, il fait rire et émeut les foules. Ce succès ouvre au jeune homme les portes de la célébrité et de la richesse et l'éloigne des deux seuls êtres qui l’aient toujours aimé pour ce qu’il est : Déa et Ursus.

( source Allo ciné )

 

 

Ce film était le seul qui nous tentait ce jour là.

Au bon endroit, à la bonne heure, alors pourquoi pas ?

Je ne regrette pas, j'ai aimé ce film, la belle compagnie et le moment gourmand ! 

 

DSC05216.JPG

Repost 0
15 janvier 2013 2 15 /01 /janvier /2013 13:55

 

J'ai plutôt l'habitude d'écrire Rémy avec un Y mais là c'est le

Saint Rémi de l'église d'Echannay que j'ai "rencontré" dimanche que je  vous présente  aujourd'hui jour de fête des Rémi ( y)

 

Bonne fête à tous les Rémy !


 

DSC05570.jpg

 

L’ église d’ Echannay non loin de Commarin et de Chateauneuf-en-Auxois; fiefs d’Henri Vincenot, est évoquée dans l’un de ses romans « du coté des Bordes » dont voici un court extrait évoquant le grand brasier rouge d'Echannay, (le soleil couchant sur le clocher d’Echannay) "il regarde St Vincent empilé sur la côte d’en face, partagé par la rue qui monte toute droite, pleine de volailles et résonnante de coups de fouets jusqu’à l’église à la tour carrée (…)"
Le village est en effet tassé au pied des coteaux, dominé par son église au beau clocher carré.
St rémi ; église romane de la fin du XIIe siècle ; présente un vaisseau voûté d’ogives elle est construite en moellons de calcaire, et recouverte d’un toit à longs pans.
Choeur et avant choeur sont sont des XVe , XVIe siècle, elle possède des chapiteaux sculptés son porche à été reconstruit au XIXe siècle par l' architecte Fénéon-Damotte.
Au dessus du porche une statue de St Remi haute de 1 m 60 datant de la seconde moitié du XVe siècle.
St Remi possède un magnifique retable du XVIe siècle représentant des scènes bibliques.

Plus dedétails ici !

DSC05571.JPG

Souvenirs d'un beau dimanche ...


Repost 0
13 janvier 2013 7 13 /01 /janvier /2013 07:38

 

 

 

Numeriser-3.jpg

Repost 0
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 18:04

 

J'ai toujours aimé ces biscuits, maintenant ils ont en plus le goût de l'amitié et le souvenir de cette belle ville

que nous avons découvert cet été. Merci Méli et ta petite famille !

 

Lorsque j'ai préparé les  Cerises ...

J'ai trouvé cette recette dans le paquet j'ai eu envie d'essayer ! 

C'était plutôt une bonne idée au niveau gustatif mais la présentation n'était pas terrible d'ailleurs pas de photo :)

 

Pour 4 personnes:

20 g de poudres d'amandes

70 g de beurre

165 g de sucre

12 biscuits roses de Reims réduits en poudre

1 zeste de citron. Vanille en poudre

 

Travailler les jaunes d'oeufs avec le sucre et le zeste de citron en pommade, ajouter la poudre d'amandes, le beurre légèrement fondu. Travailler le tout au moins 5 minutes pour obtenir une pommade et ajouter les blancs en neige fermes/

Mélanger délicatement le tout .

Disposer dans un moule rond .

Cuire à feu doux thermostat 6 ( 180°) 20 minutes

Servir nature pour le goûter ou accompagné d'une crème anglaise.

 

Je pense que mon moule n'était pas adapté le gâteau était trop plat mais vraiment délicieux. Paroles de gourmande !

 

Histoire du biscuit rose

 

Le Biscuit Rose date des années 1690. A cette époque, des boulangers champenois soucieux d'utiliser la chaleur de leur four après le défournage du pain, eurent l’idée de créer une pâte spéciale qui, après avoir subi une première cuisson, était laissée dans le four à pain où elle finissait de sécher. D’où le mot BIS-CUIT, c'est-à-dire cuit deux fois.
  
La fabrication du Biscuit Rose autrefois...

A l’origine, le gâteau était blanc. On voulut aromatiser la pâte à la vanille. Pour ce faire, on devait écraser la gousse au mortier avec du sucre pour en extraire la substance aromatique sous forme de petites particules de couleur presque noire. Mélangées à la pâte d’un blanc éclatant, ces particules de vanille tachetaient le gâteau fini. On eut alors l’idée de masquer cette pigmentation avec un peu de colorant rouge, en fait du carmin. Et voilà comment naquit le ravissant biscuit rose de Reims !(site Maison Fossier)
 

je partage avec vous cette recette , d'autres recettes  sur le site

Idées recettes sur www.fossier.fr

 

Repost 0
8 janvier 2013 2 08 /01 /janvier /2013 09:10

Pour Noël, j'ai fait un gâteau au citron avec du  lemon curd entre chaque étage, voici une version un peu plus légere !



J'ai trouvé cette recette là link
 elle est parfaite, Merci !

Ingrédients

  • 10 cl de jus de citron (2 à 3 citrons)
  • 3 oeufs
  • 150 g de sucre en poudre 
  • 1 cuillère à soupe de maïzena
  • 30 g de beurre 

Préparation

Dans une jatte, battez les oeufs avec le sucre. Ajoutez le jus de citron et la maïzena, diluée dans un peu d'eau.
Dans une casserole, versez la préparation. Ajoutez le beurre en petits morceaux. Faites cuire sur feu doux, jusqu'à épaississement. La crème épaissit au bout de 5 minutes environ, faites attention de bien remuer avec le fouet.
Versez dans un pot en verre, fermez et laissez refroidir.

Remarque : il est important de faire chauffer ensemble tous les ingrédients pour obtenir une préparation homogène.
Le conseil de Ô Délices: cette préparation se conserve environ une semaine au réfrigérateur.

J'ai servi cette crème au citron  avec du fromage blanc battu avec un peu de sucre , pour faire un effet plus "mousse" Vous pouvez mettre le lemon curd au fond de votre verrine et incorporer délicatement au fromage blanc un ou deux blancs d'oeufs battus en neige ....



Repost 0
6 janvier 2013 7 06 /01 /janvier /2013 07:38

 

Je vous ai parlé de ce livre "Une idée de Bonheur par jour "

J'ai envie de partage une jolie phrase avec vous le dimanche qu'en pensez vous ?

 

 

DSC05378.jpg

 

Il n'y a qu'une route vers le bonheur, c'est de renoncer au choses

qui ne dépendent pas de notre volonté .

Epictète (Philosophe Grec 50-12)

Repost 0
6 janvier 2013 7 06 /01 /janvier /2013 07:32

 

Des images en souvenir d'un après midi jeux après un bon repas chez Lydia et Daniel.

Un post sans grand intérêt mais se poser, prendre le temps de jouer, de lire, de s'éloigner un peu de l'écran afin de partager du temps avec mes proches et avec moi !

 

Bonne journée à toutes et tous !

 

Récemment mis à jour42

Repost 0
4 janvier 2013 5 04 /01 /janvier /2013 08:00

Comme le temps passe vite ce blog aura 5 ans au mois de mai ...


Depuis  mes visiteurs sont plus nombreux alors je remets cette recette en avant.

Cette année les cadeaux étaient gourmands, j'ai adoré cuisiné,

préparer les étiquettes, les emballages et les offrir bien sûr !

 

  DSC05367.jpg

 

 

500 G d'abricots secs (moelleux)
40 morceaux de sucre
1 bouteille de vin blanc doux
1 verre de rhum blanc

Des épices : cannelle, fleur de badiane, vanille, suivant vos goûts

Laisser macérer pendant 15 jours /3 semaines.

J'aime bien en avoir de prêt pour accompagner une glace vanille, un sorbet, un biscuit... 

Repost 0
1 janvier 2013 2 01 /01 /janvier /2013 07:52

 

 

 

Je suis heureuse de quitter cette année 2012,

même si je sais tout comme vous que la vie n'est pas toujours un long fleuve tranquille

je compte sur 2013 pour plus de douceur, de calme, de larmes de joies,

d'éclats de rire...

Merci à vous, de vos visites, de vos commentaires, de votre amitié.


Belle et douce année à vous toutes et tous ainsi qu'à vos proches.


 

 

DSC05360.jpg

 

Je vous embrasse et vous dis à très vite pour une nouvelle année de partage avec la promesse d'être plus souvent par ici !

 

A bientôt, Mikele.

Repost 0
28 décembre 2012 5 28 /12 /décembre /2012 10:24

 

  Depuis l'an dernier,  le plat de résistance des repas de Noël ou des repas en famille est souvent un gros plat qui cuit tout seul et nous offre aussi le repas du lendemain afin de profiter du petit déjeuner qui dure, se répéte et cette année du passage du Pére Noël avec le petitout. C'est confortable et si bon de profiter de tous !


Gràce au magnifique plat de mon amie Michèle,  j'ai opté cette année pour un BAECKEOFFE

 

Recemment-mis-a-jour43.jpg

 

Avec wikipédia voici l'histoire de ce plat.

Le  mot baeckeoffe (qu'on écrit aussi baeckeofe) signifiant « four du boulanger », il faut comprendre que c’était un plat de la ville, un plat du dimanche[réf. nécessaire]. À la campagne les boulangers étaient rares car, en général, chaque paysan faisait cuire son pain, une fois tous les quinze jours ou toutes les trois semaines (ce qui donnait l’occasion de préparer la flammeküech). La viande était par ailleurs inaccessible aux plus pauvres, qui mangeaient des pommes de terre avec du fromage blanc maigre (le bibeleskaas) en semaine et le dimanche, jour de luxe, avec des œufs à la sauce blanche (le kachelmües).

Certains assurent qu’il était à l’origine uniquement strasbourgeois ; dans Les Tilleuls de Lautenbach, Jean Egen rapporte que, quand il fallut préparer le repas qui devait suivre l’enterrement de sa grand-mère, on avait hésité avant de choisir un baeckeoffe parce que c’était un plat du Bas-Rhin.

Le samedi, donc, à Strasbourg ou ailleurs dans les familles un peu à leur aise, la maîtresse de maison préparait le baeckeoffe. On laissait mariner puis, avant de partir pour l’église, on déposait la terrine chez le boulanger pour qu’il la fît cuire dans son four après la cuisson de ses pains alors que le four refroidissait; cela pouvait durer jusqu'à trois heures, les cérémonies étant plus longues qu'actuellement.D´autres sources font état d´un plat du lundi, jour de lessive en Alsace par rapport au dimanche, en Alsace, il est interdit pour un boulanger de faire du cuire du pain ou de travailler (droit local en Alsace/Lorraine datant de 1870 lors de l´annexion par les Allemands). Le lundi, la ménagère déposait son Baeckeoffe chez le boulanger avant de faire sa lessive au lavoir et le récupérait une fois sa lessive terminée. Les trois viandes utilisées représentaient les traditions religieuses en Alsace, le bœuf pour les catholiques, le porc pour les protestants et l´agneau pour la religion juive très présente en Alsace.

 

 

 

Repost 0