Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Avec le temps...
  • Avec le temps...
  • : Un peu de tout, un peu de moi... En ce moment cuisine légère ou pas!
  • Contact

Recherche

28 décembre 2012 5 28 /12 /décembre /2012 10:24

 

  Depuis l'an dernier,  le plat de résistance des repas de Noël ou des repas en famille est souvent un gros plat qui cuit tout seul et nous offre aussi le repas du lendemain afin de profiter du petit déjeuner qui dure, se répéte et cette année du passage du Pére Noël avec le petitout. C'est confortable et si bon de profiter de tous !


Gràce au magnifique plat de mon amie Michèle,  j'ai opté cette année pour un BAECKEOFFE

 

Recemment-mis-a-jour43.jpg

 

Avec wikipédia voici l'histoire de ce plat.

Le  mot baeckeoffe (qu'on écrit aussi baeckeofe) signifiant « four du boulanger », il faut comprendre que c’était un plat de la ville, un plat du dimanche[réf. nécessaire]. À la campagne les boulangers étaient rares car, en général, chaque paysan faisait cuire son pain, une fois tous les quinze jours ou toutes les trois semaines (ce qui donnait l’occasion de préparer la flammeküech). La viande était par ailleurs inaccessible aux plus pauvres, qui mangeaient des pommes de terre avec du fromage blanc maigre (le bibeleskaas) en semaine et le dimanche, jour de luxe, avec des œufs à la sauce blanche (le kachelmües).

Certains assurent qu’il était à l’origine uniquement strasbourgeois ; dans Les Tilleuls de Lautenbach, Jean Egen rapporte que, quand il fallut préparer le repas qui devait suivre l’enterrement de sa grand-mère, on avait hésité avant de choisir un baeckeoffe parce que c’était un plat du Bas-Rhin.

Le samedi, donc, à Strasbourg ou ailleurs dans les familles un peu à leur aise, la maîtresse de maison préparait le baeckeoffe. On laissait mariner puis, avant de partir pour l’église, on déposait la terrine chez le boulanger pour qu’il la fît cuire dans son four après la cuisson de ses pains alors que le four refroidissait; cela pouvait durer jusqu'à trois heures, les cérémonies étant plus longues qu'actuellement.D´autres sources font état d´un plat du lundi, jour de lessive en Alsace par rapport au dimanche, en Alsace, il est interdit pour un boulanger de faire du cuire du pain ou de travailler (droit local en Alsace/Lorraine datant de 1870 lors de l´annexion par les Allemands). Le lundi, la ménagère déposait son Baeckeoffe chez le boulanger avant de faire sa lessive au lavoir et le récupérait une fois sa lessive terminée. Les trois viandes utilisées représentaient les traditions religieuses en Alsace, le bœuf pour les catholiques, le porc pour les protestants et l´agneau pour la religion juive très présente en Alsace.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires